Inauguration du chemin de fer de BLIDAH  (15 AOUT 1862)
Extrait de la France colonisatrice   



Le discours de Mg Pavy pour la bénédiction de la première pierre de la gare de Blida

Inauguration du chemin de fer  en 1862

Bénédiction de la voie et des machines par le Vicaire Général SUCHET. Conformémént à la tenue de l'époque, les chasseurs d'Afrique portent, avec la lance, le schakska et la pelisse flottante.

A l'église fut chanté le Te Deum

 Un voyage en chemin de fer entre Blida et Djelfa  par Jean Laplume

Et Alphonse Daudet raconte:

"---"Blida,Blida, cria le conducteur" écrivait Alphonse Daudet dans Tartarin de Tarascon.
Et Blida surgit au détour d'un virage. C'était une très belle ville, coquette et parfumée, épanouie au coeur des vergers et de champs étincelants. On l'appelait "la ville des roses"; elle était plus qu'une corbeille en fleurs. Elle paraissait se dorer au soleil, semblable à une sultane languissante dont la robe verdoyante recouvrait de féerie les plaines de la Mitidja. Derrière elle, eunuque obséquieux et attentif, le mont Chréa recueillait ses soupirs, la tête dans les nuages. Le tableau qu'ils nous offraient à eux deux, était si fascinant que nous ne percevions plus le halètement de la locomotive. Le train semblait observer le silence comme s'il foulait la fraîcheur d'un sanctuaire sacré. Dans les réverbérations de l'été, on se serait cru quelque part au paradis. La face collée à la vitre, je contemplais les splendeurs qui se ramifiaient à perte de vue, enguirlandées de fermes radieuses, de chapelets de cyprès et de flammèches étoilées. "