La Fête des fleurs de 1952  en vidéo

LA   FETE   DES   FLEURS

 

Chaque quartier, par son char, devait représenter

 Avec beaucoup d'humour, un thème particulier.

A l'abri des regards, dans un hangar, caché,

Les filles au grillage piquaient fleurs et bouquets.

 

Les garçons plus robustes en étaient les ceuilleurs.

Durant deux jours entiers ne comptant plus les heures

Se mélangeaient la joie, l'amour et la sueur.

Avec un bel entrain nous menions ce labeur.

 

Et pendant ce temps là, les mères aux machines

Préparaient les costumes des gamins et gamines,

Réfléchissant entre elles à toutes les combines

Ne plaignant ni tissus, ni galons, ni bobines.

 

Puis le jour arrivait. En se contorsionnant

Le conducteur, altier, se mettait au volant,

L'édifice fleuri avançait cahotant

Transportant de bonheur adultes et enfants.

 

L'avenue de la gare "Un train" représentait,

L'avenue des moulins "Les fontaines RICCI",

Pour BIZOT "la calèche aux chevaux attelés",

"Le panier" à grande anse venait de DALMATIE,

"Le chacal" arrivait tout droit de MONTPENSIER,

De la base aérienne "L'avion" roulait aussi,

JOINVILLE s'y joignait avec ses infirmiers

Sur un hôpital blanc en tout point réussi.

 

Tout BLIDA se pressait autour de la Place d'Armes,

Où trônait le blanc kiosque qui lui donnait son charme,

Emergeant de son centre le palmier et ses palmes,

Décorée de guirlandes, de drapeaux, d'oriflammes.

 

Te souviens-tu encore de ce corso fleuri ?

Le cortège se formait dans le stade DURUY

Et les filles maquillées, habillées d'organdi

Etaient rieuses, pimpantes et l'ensemble joli.

 

Remontant lentement l'avenue TRUMELET,

Celle que nous nommions "Boulevard des Orangers",

Les chars majestueux roulaient accompagnés

De l'orchestre JO BAROUSSE avec son canotier.

 

 

Puis quant aux quatre coins, en ordre répartis,

Au son de la musique des rires et des cris,

Les engins contournaient, lentement et sans bruit,

Une foule en liesse jouant jusqu'à la nuit.

 

Ce combat annuel, fait de bouquets lancés,

Ne durait que le temps d'une demi-journée :

La chaleur de l'été rapidement fanait

Les couleurs de ces fleurs, de la veille, arrachées.

 

Du haut de leurs estrades, autant garçons que filles,

Bataillaient sans compter comme de joyeux drilles,

Projetant coquelicots, marguerites et jonquilles...

Aussitôt renvoyés de manières gentilles.

 

Alors du sol visqueux et des trottoirs jonchés

S'élevaient les odeurs, suaves et mélangées,

De celles qui étaient mortes pour nous faire jouer

Non sans avoir costumes et toilettes tachés.

 

Aux terrasses des cafés, blottis sous les arcades,

Les héros, fatigués par cette cavalcade,

Buvaient, se délectaient de glaces et d'orangeades

Pendant que les parents commentaient la parade.

 

Et pour clore la journée, à une certaine heure,

Le kiosque s'illuminait : l'orchestre et son chanteur

Entraînaient sur la piste, par vagues, les danseurs.

Ainsi se terminait notre "Fête des Fleurs".

 

 

 

HENRY  GUYONNET

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fleur0001.JPG

Année 1937

fleur0002.JPG

Année 1937

fleur0005.JPG

fleur0006.JPG

fleur0007.JPG

fleur0009.JPG

fleur0010.JPG

fleur0011.JPG

fleur0012.JPG

fleur0013.JPG

fleur0014.JPG

fleur0015.JPG

fleur0016.JPG

fleur0017.JPG

fleur0019.JPG

fleur0020.JPG

fleur0021.JPG

fleur0022.JPG

fleur0023.JPG

Fleurs000.jpg

fleur0008.JPG

fleur0003.JPG

Année 1937

fleur0004.JPG

fleur0018.JPG

 

FF-pb00.jpg

FF-pb01.jpg

FF-pb02.jpg

FF-pb03.jpg

FF-pb04.jpg

FF-pb05.jpg

vie-fleur01.jpg